L'aventure The Wall

 

Rêvant de faire jouer ses élèves dans un spectacle plus sérieux que de simples auditions, Jacques Saugy décide de reprendre avec eux l'œuvre musicale de Pink Floyd, « The Wall ». Les trois premières représentations du spectacle « The Wall » sont données en novembre 2002 à la salle communale de Yens. Une cinquantaine de musiciens et acteurs se relaient sur scène pour recréer l’univers et la musique de Pink Floyd. Un mur de plus de 600 cartons est construit durant le spectacle et des séquences du film d’Alan Parker sont projetées. Les 1700 spectateurs venus assister au spectacle sont conquis, l’ensemble des participants et du staff sont eux récompensés pour les mois de travail acharné qui ont précédé.

 

Devant un tel succès, et afin de prolonger le plaisir du public et des participants, une seconde série de représentations est organisée en mai 2003, toujours à Yens. Par la suite, le théâtre de Grand-Champs à Gland, sur invitation de son directeur Patrick Messmer, ouvre ses portes à l’association de Jacques Saugy pour quatre nouvelles représentations.

 

Les années 2006 & 2007 seront consacrées à la reprise de l’opéra rock « Tommy » des Who, puis l’association reprendra une ultime fois le spectacle « The Wall » pour deux représentations à guichets fermés au Théâtre de Beausobre à Morges en juin 2008.

L'Opéra rock The Wall

Dès 1972, avec le grand succès de « Dark side of the moon », Pink Floyd devient le groupe mythique que l'on connaît aujourd'hui. Mais un tel succès n'est pas facile à vivre pour les membres du groupe. Fini cette relation « magique » des petites salles pour se produire dans des stades immenses pouvant accueillir des milliers de spectateurs. Roger Waters se sent séparé de son public par une sorte de mur invisible qui ne permet plus cet échange privilégié de leurs débuts.

 

Roger Waters entre alors dans une phase de profonde introspection et commence à écrire ce qui deviendra « The Wall ». Le groupe entre en studio en octobre 1978. « Another Brick in the Wall (part II) », premier single du groupe depuis dix ans, est disque de platine. Le double album « The Wall » sort le 30 novembre 1979 et se vend à 600 000 exemplaires en un mois rien qu'au Royaume Uni.

 

En attendant la première de « The Wall » le 7 février à Los Angeles, Pink Floyd met en place, à Hollywood, un énorme panneau d'affichage ressemblant à un mur. Chaque jour on en enlève une brique pour découvrir un dessin de Gerald Scarfe. Le jour de la première, des tentures s’enflamment à cause des effets pyrotechniques, mais cela n’empêche pas les spectateurs de voir se construire, sous leurs yeux, un mur de 31 mètres de long sur 8 de haut devant la scène, sur lequel sont projetées les animations de Gerald Scarfe. Le groupe reste caché derrière le mur toute la seconde partie du spectacle jusqu'à la destruction finale du mur.

Le spectacle continue sa route en Angleterre et en Allemagne où il est filmé pour inclure des extraits dans la version film en projet. C'est en mai 1982 qu'a lieu la première du film d'Alan Parker « Pink Floyd The Wall » lors du Festival de Cannes.

 

Dans une interview après le dernier concert de la tournée, Roger Waters affirme qu'il ne représentera plus jamais « The Wall » sur scène « à moins bien sûr que le mur de Berlin ne s’effondre » ajoute-t-il ironiquement. En 1989, il se laisse convaincre pour une représentation exceptionnelle sur la Potzdamer Platz à Berlin où il sera accompagné entre autres de Cindy Lauper, Sinead O'Connor, Bryan Adams et Scorpions.

 

Entre 2010 à 2012, Roger Waters repartira pour une tournée mondiale avec « The Wall » et présentera son œuvre lors de 192 spectacles, en intérieur. En 2013, 27 dates supplémentaires sont ajoutées pour une tournée Européenne en stades cette fois-ci. Au total, plus de 4 millions de spectateurs auront eu la chance d’assister à ces exceptionnels shows.

NOUS SUIVRE
  • Facebook Social Icône
  • Instagram

© 2019 The Wall.ch.  webmaster Patrick Vulliamy